Le Conseil national veut lui aussi faire passer l'âge de la retraite des femmes à 65 ans

- 9 juin 2021 -

Après le Conseil des Etats par 31 voix contre 13, la majorité bourgeoise du Conseil national veut faire passer l’âge de la retraite des femmes de 64 à 65 ans. Le vote de ce mercredi : 124 voix pour l’harmonisation de l’accès à l’AVS, contre 69. La Chambre du peuple a voté dans la foulée un paquet de compensation pour les femmes qui s’étalera sur 6 ans, considéré comme plus généreux que ceux prévus par le Conseil fédéral et le Conseil des Etats.

La gauche s’est battue en vain pour le maintien de la retraite des femmes à 64 ans. Elle brandit d’ores et déjà le référendum.

Les explications de notre correspondant parlementaire à Berne Serge Jubin.

Pour la majorité de droite, l’harmonisation de l’âge de référence de la retraite à 65 ans est une évidence. Le libéral-radical valaisan Philippe Nantermod.

La gauche a d’ores et déjà annoncé le lancement du référendum.

Cela n’ébranle pas la conviction de la droite que l’harmonisation de l’âge de la retraite est une nécessité. Le conseiller national PDC valaisan Benjamin Roduit.

En fin de débat fleuve qui a duré 7 heures, une majorité contre nature de l’UDC et de la gauche a pourtant décidé d’utiliser une partie du bénéfice de la BNS pour financer l’AVS. Une telle mesure a peu de chance d’être ratifiée par le Conseil des Etats.

C’était prévisible, la gauche a perdu la bataille parlementaire pour le maintien de la retraite des femmes à 64 ans.

Pour la Verte Léonore Porchet, le combat est désormais ailleurs.

Le Vert’libéral vaudois François Pointet reconnaît qu’il y a des problèmes d’égalité, mais ce n’est pas une raison pour assainir l’AVS.

Le peuple tranchera, la campagne est lancée

La réforme retourne au Conseil des Etats en septembre.

Mais à Berne, on se prépare déjà mener la bataille devant le peuple, puisque la gauche brandit le référendum.

Amorce de cette bataille avec les interlocuteurs de notre correspondant à Berne Serge Jubin.