Les grévistes du climat ont été entendu au parlement fédéral

Une confortable majorité du Conseil national valide la loi sur le CO2, avec une taxe sur les billets d'avion

- 10 juin 2020 -

La Suisse tient sa nouvelle loi sur le CO2. Une confortable majorité du Conseil national a validé par 135 voix contre 59 les grandes options prises par le Conseil des Etats : augmentation de la taxe sur l’essence pouvant aller jusqu’à 10, puis 12 centimes ; augmentation de la taxe sur le mazout ; introduction d’une taxe sur les billets d’avion de 30 à 120 francs, et taxe bien supérieure pour les jets privés.

Un fond climat sera créé, il doit encourager le développement de technologies qui n’émettent plus de gaz à effet de serre. Une partie des taxes incitatives sera rétrocédée à la population.

La majorité incluant la gauche, le PDC et le PLR, malgré quelques défections, a tenu bon.

Ecoutez la réaction d’un des pères de la loi, le conseiller national socialiste vaudois Roger Nordmann.

Le peuple aura donc le dernier mot en 2021.

L’adoption de l’ambiance loi sur le CO2 marque un tournant dans l’approche climatique de la Suisse. Le commentaire de notre correspondant à Berne Serge Jubin.

La majorité en faveur de la stratégie climatique est large et soudée. Le PLR a tenu parole, il a majoritairement soutenu le texte. Le conseiller national libéral-radical fribourgeois Jacques Bourgeois.

La vague verte de l’automne dernier a ainsi fait son effet. La conseillère nationale verte genevoise Delphine Klopfenstein Broggini.

L’UDC n’a rien voulu entendre et lancera le référendum. Elle ne veut pas des taxes prévues. Le conseiller national fribourgeois Pierre-André Page.

Un dossier préparé par Serge Jubin.

La loi retourne au Conseil des Etats pour éliminer quelques divergences.