Daniel Koch, délégué au Covid de l'OSFP

Le déconfinement s'accélérera lorsque le nombre de nouveaux cas de coronavirus sera inférieur à 100 par jour

- 24 avril 2020 -

La Suisse entre dans le dernier week-end de semi-confinement strict. Cet après-midi à Berne, Daniel Koch de l’OFSP a rappelé que toutes les mesures restrictives restent en vigueur. Il faut éviter tout relâchement, pour faire perdurer les chiffres actuels bas de contamination.

Si le nombre de nouveaux cas devait se stabiliser et s’installer sous les 100 quotidiens, est-ce que le déconfinement complet serait accéléré ?

La réponse prudente de Daniel Koch.

L’armée, qui avait mobilisé 5000 militaires il y a 40 jours, est entrée en phase de démobilisation. Un millier des 4000 soldats actuellement en service seront renvoyés chez eux, puis 1500 autres d’ici au 15 mai.

Le brigadier Raynald Droz s’est appliqué à faire taire la critique affirmant que nombre de milliaires mobilisés l’ont été pour rien.

La question des visites des seniors dans les EMS fait débat. Le canton de Zurich ouvre une brèche, d’autres cantons, en Suisse romande, maintiennent l’interdiction stricte.

La Confédération prépare-t-elle une stratégie, ou un protocole spécial pour permettre les visites ? Le délégué au Covid 19 Daniel Koch.

Depuis la mi-mars et les confinements généralisés, la Suisse a affrété 33 vols spéciaux qui ont permis le rapatriement de près de 7000 personnes, 4000 ressortissants suisses et 3000 de pays voisins.

Il reste deux vols au programme, l’un au départ de Calcutta en Inde, le dernier en provenance d’Afrique mercredi prochain.

Dans le même temps, 1500 Suisses ont pu rentrer grâce aux vols organisés par d’autres Etats.

Le responsable des situations de crise au Département fédéral des affaires étrangères, Hans-Peter Lenz, détaille le coût et le financement de ces rapatriements.

Pour un vol jusqu’à 1500 km ce sera 400 francs ; 600 francs jusqu’à 3500 km, 1100 francs pour un vol de plus de 3500 km et 1700 francs pour un trajet supérieur à 12’000 kilomètres.

Sortie de crise: pas de privilège pour les grandes surfaces