La bonne élection de Guy Parmelin à la présidence de la Confédération

- 9 décembre 2020 -

25 ans après le dernier Vaudois, c’était Jean-Pascal Demaluraz en 1996, le vigneron UDC de Bursins Guy Parmelin a été élu ce midi (= mercredi) à la présidence de la Confédération. Une élection confortable.

A 61 ans, l’actuel ministre de l’Economie entré au Conseil fédéral en 2016 sera face à plusieurs défis de taille, pour « tenir » le pays face aux relents de la pandémie, pour orchestrer le sauvetage économique et pour représenter la Suisse à l’étranger.

Guy Parmelin estime être prêt.

Guy Parmelin a tenu à démontrer qu’il s’exprime aussi dans d’autres langues que le français et qu’il n’est pas dépourvu d’humour.

Le vice-président de la Confédération en 2021 sera le libéral-radical tessinois Ignazio Cassis. Il a recueilli 162 voix sur 234. Les conseillers fédéraux accèdent à la présidence dans l’ordre de leur entrée au gouvernement.

L’Assemblée fédérale a ainsi élu ce midi les président et vice-président dans la bonne humeur. Tout le monde espère que Guy Parmelin se révélera dans son costume de président.

Pour le conseiller national UDC vaudois Jean-Pierre Grin, ce 9 décembre est un grand jour.

La verte’libérale Isabelle Chevalley avoue une pleine confiance dans le nouveau président.

A gauche aussi, les élus vaudois saluent l’accession de Guy Parmelin à la présidence de la Confédération. Un homme de contact, pour le socialiste Pierre-Yves Maillard.

C’est surtout un UDC modéré et c’est appréciable, pour la Verte Sophie Michaud-Gigon.

Un dossier préparé à Berne par Serge Jubin.

Guy Parmelin prendra officiellement ses fonctions le 1er janvier.