Les conseillers fédéraux Ueli Maurer, Guy Parmelin et Alain Berset, masqués et séparés par les plexiglas

Effrayé par le virus variant, le Conseil fédéral revient à une forme de semi-confinement, préventif celui-ci

- 13 janvier 2021 -

Le Conseil fédéral a donné ce mercredi un nouveau et sévère tour de vis pour endiguer la nouvelle vague du virus mutant, une vague susceptible d’être explosive, selon les termes du ministre de la santé Alain Berset.

En plus des restaurants, des centres de culture, de sports et de loisirs qui resteront portes closes jusqu’au 28 février, le gouvernement ferme dès lundi 18 janvier les magasins non essentiels, instaure le télétravail obligatoire, généralise le port du masque et limite à 5 personnes les rassemblements dans l’espace privé, enfants y compris.

Ce nouveau semi-confinement, certes moins drastique que celui du printemps passé, est préventif, la Suisse ne veut pas vivre la situation dramatique de la Grande-Bretagne.

Les explications du ministre de la Santé Alain Berset.

Sur un ton solennel, le nouveau président de la Confédération Guy Parmelin a appelé à un surcroît de discipline.

C’était très attendu, le Conseil fédéral a entendu l’appel des cafetiers et des acteurs économiques empêchés de travailler. Il élargit le cercle des bénéficiaires des aides de cas de rigueur, il suffira d’avoir dû fermer au moins 40 jours depuis le 1er novembre pour être automatiquement considéré comme cas de rigueur.

Les procédures administratives sont simplifiées et automatisées. Les versements devraient être accélérés. Et il sera possible d’obtenir jusqu’à 20% de son chiffre d’affaires, en aide non remboursable.

Et si les choses s’amélioraient avant le fin février, les mesures liberticides pourraient-elles être levées ? Guy Parmelin.

Avec le début de la vaccination, est-ce le dernier effort imposé à la population ? Alain Berset.

Un dossier préparé par notre correspondant à Berne Serge Jubin.