La vice-présidente de la CDIP, la Neuchâteloise Monika Maire-Hefti

L'année scolaire 2019-2020 sera validée

- 2 avril 2020 -

Quoi qu’il advienne, les petits Suisses n’iront pas à l’école en juillet. Les cantons ont annoncé jeudi des règles communes sur la gestion de la crise liée au coronavirus, et notamment sur le respect des vacances de Pâques. Il n’y aura pas de travail pour les élèves.

Ils ont également décidé de valider l’année scolaire 2019-2020 dans son intégralité, même si le Conseil fédéral devait prolonger l’interdiction de l’enseignement présentiel au-delà d’avril. Et il n’est pas question d’utiliser les mois d’été pour rattraper un éventuel retard.

Monika Maire-Hefti, vice-présidente de la Conférence des directeurs cantonaux de l’instruction publique.

Il est donc exclu d’envisager un retour en classe des élèves, étudiants et apprentis en juillet ou en août, quoi qu’il se passe après le 19 avril. Monika Maire-Hefti.

Reste ouverte la question des examens des apprentis, des bacheliers et des étudiants.

Deux écoles s’affrontent en Suisse : les Alémaniques, moins touchés que les Latins par le Covid-19, estiment qu’il n’y a pas de raison de ne pas tenir le calendrier habituel, les étudiants peuvent travailler chez eux.

La sensibilité est différente en Suisse romande. Le président de la commission de la formation du Conseil national, le Valaisan Mathias Reynard appelle à la souplesse dans les délais.

La commission parlementaire de la science, de l’éducation et de la culture que préside Mathias Reynard est considérée comme prioritaire. Elle pourra ainsi siéger dès le 15 avril.