Dick Marty à l'interview: voter pour l'initiative "Multinationales responsables", c'est voter pour la justice

- 4 novembre 2020 -

La campagne en vue de la votation du 29 novembre sur l’initiative « Multinationales responsables » met en scène au niveau national de fortes personnalités… libérales-radicales. Ainsi, l’ancien conseiller aux Etats tessinois Dick Marty est frontalement opposé à la ministre de Justice et police Karin Keller-Sutter. Ils s’accusant notamment de proférer des contre-vérités.

Nous leur donnons la parole dans des entretiens exclusifs. Cette semaine, Dick Marty, la semaine prochaine Karin Keller-Sutter. Soutenir l’initiative qui veut contraindre les entreprises suisses à répondre de leurs actes à l’étranger, ainsi que pour leurs filiales, est-ce se muer en justicier du monde ? La Suisse veut-elle faire régner partout sa loi pour le respect des droits humains et environnementaux 

Notre correspondant à Berne Serge Jubin l’a demandé à Dick Marty.

Le Tessinois Dick Marty, âgé aujourd’hui de 75 ans, est un personnage politique suisse de première importance. Il a exercé les trois pouvoirs : le judiciaire comme procureur du Tessin, l’exécutif comme conseiller d’Etat, puis le législatif comme conseiller aux Etats PLR.

Dick Marty s’est surtout fait un nom, en Suisse et à l’étranger, comme enquêteur sur les prisons secrètes de la CIA ou le trafic d’organes aux Kosovo. Les mesures contre le blanchiment d’argent, c’est lui aussi.

Il mène ses enquêtes et ses combats sans concession, épris de justice. C’est avec la même motivation qu’il porte l’initiative « Pour des entreprises responsables ».

Pourquoi ce combat de plus contre les multinationales? Dick Marty.

Les premiers sondages donnent l’initiative « Pour des entreprises responsables » vainqueur dans une fourchette de 57 à 63%.